Speech - guest speaker:Mr. Bruno-Marie Béchard, rector, Université de SherbrookeRapprochement et leadership : la nouvelle université en action coeur de la société du savoir (in French only)

Share:
Print

Added on 23 January 2003 in Speeches


Speech given by Bruno-Marie Béchard
Rector of the Université de Sherbrooke
(as delivered)

January 23, 2003

RAPPROCHEMENT ET LEADERSHIP :
LA NOUVELLE UNIVERSITÉ EN ACTION AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR
 
Distingués convives de la table d'honneur,
Chers amis du Montréal métropolitain et des universités,
Mesdames, Messieurs,
 
Merci de votre invitation, Monsieur le Président. C'est avec vif plaisir que je me retrouve aujourd'hui devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, moi qui suis Lavallois d'origine, devenu Montréalais pendant mes études universitaires, avant de commencer à Longueuil ma carrière dans l'industrie aéronautique. Par la suite, j'ai œuvré en industrie à Bromont en Montérégie, pour enfin me consacrer à l'Université de Sherbrooke en Estrie. Cette expérience à la fois du Montréal métropolitain et de deux superbes régions, de l'entreprise et de l'université, me donne une perspective qu'il me fait plaisir de partager avec vous aujourd'hui.
 
Le pays à l'heure de la société du savoir
Alors que, dans le passé, la prospérité a été tour à tour déterminée par la possession de ressources naturelles, d'industries manufacturières et de capital, la connaissance est maintenant devenue le facteur primordial du développement social et économique. Dans cette nouvelle société du savoir, la contribution universitaire à la création, à la recherche et au développement joue donc un rôle essentiel. C'est pourquoi le Québec et le Canada comptent sur les universités pour se classer parmi les pays les plus innovateurs, productifs et socialement développés de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).
 
Ainsi, l'éducation et le développement des connaissances et de l'activité socioéconomique sont devenus la voie royale vers le mieux-être des sociétés.
 
Le Montréal métropolitain à la croisée des chemins
Dans ce contexte, le Montréal métropolitain vit actuellement une profonde mutation, qui constitue une période déterminante pour son avenir et celui de tout le pays. Les importantes fusions municipales de deux des trois grandes villes métropolitaines amènent Montréal, Longueuil et aussi Laval à se repositionner stratégiquement sur l'échiquier mondial, et à développer davantage de concertation pour agir avec une cohérence nouvelle.
 
Pour ce faire, le Montréal métropolitain peut compter sur une richesse des plus enviables dans notre société du savoir : cinq universités complètes actives sur son territoire, avec des forces et des personnalités diversifiées et complémentaires : l'Université Concordia, l'Université de Montréal, l'UQÀM, l'Université McGill et l'Université de Sherbrooke.
 
Le projet historique et exaltant de réinventer le Montréal métropolitain commande évidemment une vision et un leadership forts, qui nous interpellent toutes et tous. Il n'en tient qu'à nous de redevenir la métropole du pays et de se développer comme l'une des cités les plus enviées du Monde.
 
À ce défi collectif, l'Université de Sherbrooke s'est engagée à contribuer de façon unique et originale, avec le dynamisme et l'excellence, l'approche pratique et ouverte, le sens de l'innovation et du partenariat, ainsi que l'audace et la détermination qui la caractérisent.
 
L'Université de Sherbrooke en bref
L'Université de Sherbrooke est une jeune université de moins de 50 ans, qui compte 85 000 diplômés, accueille cette année 30 000 étudiants, dont la moitié à temps complet. 5200 personnes y travaillent, dont plus de 1500 praticiens chargés de cours ou d'enseignement clinique. Seule université au Québec à ne plus être endettée depuis quatre ans, son budget de fonctionnement annuel atteint 250 millions de dollars, en plus de son budget d'investissement et de ses fonds de dotation.
 
Ensemble, ses neuf facultés offrent quelque 230 programmes dans toutes les grandes disciplines (administration; droit; éducation; éducation physique et sportive; génie; lettres et sciences humaines; médecine; sciences; théologie, éthique et philosophie).
 
L'Université de Sherbrooke est ainsi la seule université complète au Québec à être enracinée hors des grands centres urbains de Montréal et Québec, ce qui lui confère un environnement exceptionnel. La réputation d'excellence et la variété de ses programmes, sa dimension humaine ainsi que son approche pratique font de l'Université de Sherbrooke un véritable pôle d'attraction, au point où 80 % de ses étudiants proviennent de l'extérieur de la région de l'Estrie. Nous sommes particulièrement reconnus pour avoir été la première université francophone au Canada à opter pour le système d'alternance études-travail appelé « régime coopératif de stages ». Près de 2000 entreprises y participent en offrant annuellement 4000 stages qui procurent à nos étudiants une expérience de travail pertinente rémunérée à hauteur de 30 millions de dollars chaque année.
 
L'Université de Sherbrooke est une université d'envergure internationale, dont le territoire s'étend au Monde. Notre champ de pratique s'étale partout où notre expertise intervient, partout où se forme notre population étudiante, partout où nos stagiaires enrichissent les entreprises et les organisations. Par exemple, de nombreux programmes d'études de l'Université de Sherbrooke sont régulièrement dispensés depuis déjà plusieurs années dans 52 villes au Québec et une vingtaine ailleurs dans le Monde, notamment en France, en Suisse, en Belgique, au Brésil, au Chili, en Colombie et au Maroc.
 
La renommée grandissante de l'UdeS
Malgré son jeune âge, l'Université de Sherbrooke jouit déjà d'une forte renommée. L'automne dernier, sept grands journaux ont publié à 700 000 exemplaires, à la grandeur du Québec et dans la région d'Ottawa, le magazine Innovation élaboré par La Tribune. Ce coup d'éclat, salué à l'unanimité à l'Assemblée nationale du Québec, présente un large éventail des recherches de nos professeurs, depuis le voyage au centre du corps humain jusqu'à l'odyssée canadienne sur Mars.
 
Selon une étude récente publiée par The Globe and Mail sur l'appréciation par les étudiants universitaires canadiens, l'Université de Sherbrooke se classe meilleure université francophone au Canada et 3e au pays. Ce classement remarquable est obtenu, entre autres, grâce à notre régime coopératif de stages, à la qualité des services que nous offrons, aux relations personnalisées avec nos professeurs et à la qualité de notre infrastructure technologique.
 
Aussi, les réseaux internationaux BBC et EuroNews viennent de diffuser un documentaire en cinq langues sur l'Université de Sherbrooke, la seule université au Canada et la seule francophone d'Amérique à être présentée dans cette série sur les universités du Monde qui se distinguent particulièrement et qui connaissent des succès hors du commun. Ainsi, 300 millions de téléspectateurs sur les cinq continents ont appris notamment que l'Université de Sherbrooke est la championne canadienne en matière de redevances sur ses inventions, que notre Faculté d'administration est reconnue comme meilleure école de finance au Monde francophone, et que notre Faculté de médecine est la seule au pays et dans le Monde francophone à être choisie centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé pour l'excellence de notre enseignement médical.
 
Enfin, aujourd'hui même, Radio-Canada décernera le titre de scientifique de l'année à notre professeur Louis Taillefer, l'un des plus brillants au pays, que l'Université de Sherbrooke est très heureuse d'avoir rapatrié au Québec.
 
L'UdeS active dans le Montréal métropolitain
Tout le pays peut donc être fier de l'Université de Sherbrooke, et tout particulièrement le Montréal métropolitain où nous déployons des activités substantielles depuis plus de 42 ans. En effet, notre Campus de Longueuil y est particulièrement important : 10 000 personnes y sont rattachées comme étudiants aux trois cycles, stagiaires, professeurs, chargés de cours, chercheurs et employés.
 
Les neuf facultés de l'Université de Sherbrooke offrent à notre Campus de Longueuil quelque 80 programmes d'études, dont la majorité y sont offerts en exclusivité. L'appréciation manifeste du milieu montérégien depuis quatre décennies découle sans doute de notre approche à l'écoute des besoins, qui nous amène non pas à simplement exporter nos programmes sherbrookois, mais plutôt à développer sur mesure pour les métropolitains, sans jamais dédoubler au départ ce qu'offrent les universités montréalaises.
 
Par exemple, nous avons créé en 1989 le MBA pour cadres en exercice que nous avons offert à Longueuil, une première canadienne puisque aucune autre université francophone n'offrait alors un tel programme.
 
Ainsi, quoique encore méconnue, l'Université de Sherbrooke est fortement enracinée dans le Montréal métropolitain où se retrouvent :

• 36 000 diplômés, 80 professeurs et 1000 chargés de cours qui y résident;
• 2000 stagiaires du régime coopératif qui y travaillent dans 1200 entreprises;
• 150 entreprises, organismes et institutions qui collaborent à nos activités de recherche;
• l'Hôpital Charles Lemoyne de Longueuil qui est affilié à notre Faculté de médecine;
• les sièges sociaux de certaines des entreprises que nous avons créées sur la base des fruits de nos recherches, comme VoiceAge, le leader mondial en technologie de compression de la parole pour la téléphonie et Internet.
 
L'Université de Sherbrooke est également active de diverses manières au cœur même du Montréal métropolitain, en soutenant par exemple la réorganisation des services de police de quartier de la CUM par la formation de tout le personnel cadre.
 
Le nouveau courant universitaire
Dès sa création en 1954, l'Université de Sherbrooke a anticipé le nécessaire équilibre entre la connaissance, la recherche et la pratique. Ses bâtisseurs ont pris des initiatives de formation continue, décentrée, très attentive aux intervenants dans la société. Ses modèles coopératifs d'alternance théorie-pratique, sa formation révolutionnaire des médecins, sa formation intégrée aux trois cycles en biotechnologie, son régime de partenariat à la maîtrise et au doctorat où l'étudiant-employé réalise sa recherche en industrie, ne sont que quelques exemples de l'approche sherbrookoise qui se situe de plain-pied dans l'université collaborante en émergence.
 
L'Université de Sherbrooke entretient un lien historique étroit avec le milieu et avec l'entreprise, car l'élite académique, professionnelle et d'affaires qui s'est alliée au clergé de l'époque pour la fonder rêvait d'une institution orientée vers la pratique. En synthétisant les différentes opérations de réflexion et de planification qu'elle a réalisées, l'Université de Sherbrooke incarne l'idée d'université :

• à la fois ancrée dans son environnement et résolument interconnectée dans le monde;
• orientée vers la formation humaine intégrale (savoir, savoir-être et savoir-faire) sur la base de compétences académiques, de qualités personnelles et d'esprit d'équipe et d'invention;
• mobilisant toute sa communauté universitaire pour accélérer le rythme de la recherche et adapter continuellement l'enseignement aux besoins de la société en mutation.
 
L'Université de Sherbrooke est ainsi fortement engagée dans le milieu, notamment métropolitain, en couplant la science à la pratique, en symbiose avec les milieux et ouverte à l'international. En ce sens, elle incarne le nouveau courant de l'université moderne en profonde mutation.
 
Selon une ancienne conception élaborée par Humboldt lors de la création de l'Université de Berlin en 1809, certains universitaires inculquent des connaissances utiles pour l'exercice d'une profession. D'autres transmettent le savoir de génération en génération pour former des personnes cultivées dans la lignée de Newman, qui a fondé l'Université de Dublin en 1852.
 
Sur ces concepts se sont développées les visions utilitariste et idéaliste de l'université. À une extrémité, l'université est vue comme « une sorte d'usine à fabriquer des diplômés en réponse aux besoins du marché du travail ». À l'autre extrémité, on la considère comme le lieu d'exercice de la fonction critique « sans égard aux débouchés sur le marché du travail ». Dans le premier cas, la recherche se tourne vers les applications concrètes et accroît la compétitivité, tandis que dans le second, sa distance semble une condition d'excellence et d'authenticité.
 
Dans son rapport final déposé en 2000, la Commission des universités sur les programmes, sous les auspices de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), a proposé un équilibre entre ces deux conceptions de la mission universitaire. Pour la Commission, l'université doit être : un carrefour de réflexion « à l'écoute de la société et attentive à ses besoins »; un milieu d'éducation à l'esprit critique qui prépare en même temps des spécialistes en alliant « formation personnelle et formation professionnelle »; un lieu de recherche à la fois fondamentale et appliquée qui contribue « au transfert des connaissances vers la société du savoir ».
 
Voilà les deux cadres de référence qui servaient généralement à définir l'université au Québec et dans le Monde. Mais depuis le début des années 80, un troisième cadre de référence émerge, compte tenu de l'explosion de la connaissance, de la mondialisation, des nouvelles valeurs montantes et des attentes diversifiées des milieux à l'égard des universités. C'est ce que le sociologue Guy Rocher, l'un des plus grands penseurs de notre système d'éducation au Québec, a appelé la troisième génération d'universités.
 
Dans un document sur l'enseignement supérieur au XXIe siècle publié pour l'UNESCO, le secrétaire général de l'Association des universités du Commonwealth, Michael Gibbons, montre que la poursuite du savoir cesse d'être une fin en soi au profit du service à la société en tant que soutien à l'économie et promotion de la qualité de vie. Ainsi, l'université doit désormais participer activement à la performance économique globale tout en sauvegardant sa spécificité séculaire, à savoir sa liberté de pensée et son esprit critique. Elle sera aussi de plus en plus interpellée comme acteur significatif dans l'élaboration de ce que l'on appelle dorénavant la société civile, lieu de médiation entre le privé et le public.
 
Les dernières politiques québécoises en matière d'université, de sciences et d'innovation vont également dans le sens de cette mutation de l'activité universitaire. Elles mettent l'accent sur le besoin d'accélérer la cadence vers la société du savoir sur laquelle reposent de plus en plus la croissance économique, la création d'emplois et la qualité de vie en société. L'approche québécoise s'adresse à toutes les étapes qui jalonnent le processus d'innovation : la production des connaissances, leur valorisation, leur diffusion auprès des utilisateurs dans les entreprises, organismes et collectivités, ainsi que leur appropriation par ces mêmes utilisateurs dans leurs modes de production ou d'intervention, dans leurs produits et services. En outre, il est désormais question d'innovations sociales, organisationnelles, pédagogiques ou relatives aux modes d'intervention. Toutes ces avancées profitent aux entreprises et aux milieux de pratique, dans les domaines de l'éducation, de la santé et des services sociaux.
 
Ainsi, le capital intangible constitué de l'éducation et de la recherche surpasse dorénavant le capital tangible des structures, des équipements et des matières premières. Trois moteurs propulsent cette nouvelle économie des connaissances : la recherche avancée, la formation hautement spécialisée et l'entrepreneuriat.
 
La synergie université-entreprises interconnecte et interféconde les secteurs académique, privé, public et parapublic. En débridant l'innovation, l'interaction permet d'accroître le leadership national et la compétitivité internationale, et d'offrir des carrières stimulantes aux jeunes chercheurs. D'ailleurs, le recrutement de personnel hautement qualifié est devenu un enjeu majeur pour l'industrie et les institutions.
 
La nouvelle université est donc à la fois apprenante et entreprenante. En enseignement, elle assure une formation continue, à la fine pointe et juste à temps. En recherche, elle opère le maillage entre son corps professoral et la communauté d'affaires pour créer de nouveaux savoirs. Ainsi, en partenariat avec les organismes et les entrepreneurs, elle accélère et stimule la production et l'exploitation des connaissances par l'aide au démarrage d'entreprises et de centres de recherche.
 
Au Québec, l'Université de Sherbrooke a d'ailleurs été l'une des premières à favoriser la création d'entreprises par essaimage de ses inventions. Elle a réalisé son premier « spin-off » dès 1984, et en compte maintenant 19.
 
En 2001, l'Université de Sherbrooke s'est associée aux universités McGill et Bishop's, avec nos centres hospitaliers affiliés, pour lancer la société en commandite MSBI, qui fournit le capital de risque nécessaire au démarrage d'entreprises issues de nos activités de recherche. Cette alliance de premier plan associe les deux championnes canadiennes en valorisation de la recherche : l'Université de Sherbrooke et l'Université McGill.
 
En 2001-2002 seulement, l'Université de Sherbrooke a conclu 14 ententes de partenariat avec l'industrie et signé 334 contrats de recherche, notamment avec 63 entreprises du Montréal métropolitain. Bien que la recherche en partenariat soit davantage appliquée, elle s'appuie sur la recherche fondamentale qu'elle stimule dans l'ensemble des domaines, incluant les sciences humaines et sociales, les arts et lettres, l'éducation et l'administration.
 
La nouvelle université multidisciplinaire
Cette profonde transformation du rôle des universités amène également une autre mutation importante. Au milieu du XXe siècle, la formation était essentiellement axée sur la spécialisation dans un nombre croissant de champs d'investigation. Aujourd'hui, le rayonnement de la science et des scientifiques s'étend à toute une société dont le savoir, sous toutes ses formes, passe de plus en plus aux mains des praticiens. Une partie grandissante des connaissances glisse donc d'une communauté d'intérêts disciplinaires à un contexte d'application transdisciplinaire, avec une responsabilité sociale accrue.
 
Le nouveau modèle multidimensionnel maintient en partie le modèle disciplinaire traditionnel, tout en intégrant des processus plus vastes d'innovation, de concurrence ou de coopération, et de développement socioéconomique. L'impact de ces nouveaux espaces universitaires sur la société dépasse la seule contrainte économique pour inclure la préoccupation du bien-être de la société, comme c'est le cas par exemple dans les recherches sur le vieillissement que mène l'Université de Sherbrooke.
 
Les créneaux les plus prometteurs se situent en effet au carrefour et dans les interstices des disciplines traditionnelles, comme c'est le cas en nanotechnologie, en anthropologie médicale, en gérontologie, en géomatique, en imagerie numérique, en génie des matériaux, etc. Cette approche systémique s'intéresse aux entités complexes comme le cerveau, la cité, l'environnement, le climat, la santé communautaire, le commerce électronique, etc. Soutenues par les politiques et mécanismes d'appui des gouvernements fédéral et provincial, les universités québécoises, chacune à son rythme, ont pris ce tournant « réticulaire », c'est-à-dire en réseau, sous la forme de chaire, d'action concertée ou de centre d'excellence.
 
Par exemple, en se regroupant, 40 professeurs de 13 départements répartis dans 5 facultés de l'Université de Sherbrooke font de l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke un champion du réseautage transfacultaire. Véritable modèle du développement à l'interface des disciplines, son centre de recherche fait appel à un ensemble de spécialités et de méthodes fondées sur des travaux qualitatifs et quantitatifs aussi bien que fondamentaux, cliniques, épidémiologiques et psychosociaux, pour couvrir tous les aspects du vieillissement.
 
L'Institut des matériaux et systèmes intelligents créé en l'an 2000 rassemble 125 professeurs de 4 facultés autour du concept intégrateur de l'intelligence ajoutée ou naturelle qui va de l'atome à l'application. Cet institut polyvalent et de taille flexible stimule la créativité, active le processus d'innovation et outille l'Université de Sherbrooke pour mieux répondre aux besoins de l'industrie en matériaux ingénieux, structures et systèmes intelligents.
 
Notre nouvel Observatoire de l'environnement et du développement durable réunit quant à lui 50 professeurs dans 15 disciplines telles que biologie, génie civil, géographie, télédétection, éthique, philosophie et administration. Ils travaillent de concert avec les autres institutions du Pôle universitaire de Sherbrooke sur les écosystèmes terrestres, les changements environnementaux, les risques et impacts des innovations technologiques, la gestion de l'eau, de l'énergie et des résidus.
 
Enfin, la leçon magistrale, le séminaire et le débat qui remontent à l'époque médiévale côtoient désormais de nouvelles méthodes d'apprentissage par problèmes, par projets, par stages et par compétences que nous avons beaucoup développées à l'Université de Sherbrooke et qui font notre renommée. Ainsi, l'université du XXIe siècle, qui demeure gardienne des grades académiques, continue de jouer plusieurs rôles à des degrés divers selon les institutions : l'éducation libérale, la formation professionnelle, la formation continue, l'intégration sociale, le réseautage, la sélection des élites académiques, ainsi que la création, le contrôle et le transfert des connaissances.
 
L'Université de Sherbrooke fait d'ailleurs partie des universités qui pressent le rythme de la recherche. Outre qu'elles transmettent les connaissances par l'enseignement, ces universités fortes en recherche contribuent au progrès du savoir et à son transfert dans le reste de la société. Le transfert et l'application des connaissances sont même devenus la plus importante source de développement économique.
 
L'université de recherche crée de plus en plus de liens inédits à la jonction des disciplines. Dans ce cadre, la formation des ressources humaines créatrices d'innovation constitue un investissement dans la croissance économique et le bien-être des citoyens.
 
La voie du partenariat
Non seulement l'université moderne développe-t-elle de multiples liens entre les disciplines, mais elle s'engage aussi résolument dans de nombreux partenariats externes. Par exemple, partout dans le Monde, des milliers de parcs scientifiques et technologiques poussent comme des champignons. Malgré leurs missions et leurs formes variées, ils visent tous à activer la production et l'exploitation des connaissances au sein d'un creuset où se retrouve, à proximité d'un campus, une masse critique de chercheurs et d'entreprises à haute intensité de savoir. Ces alliances entre le capital intellectuel, le capital financier et le capital entrepreneurial rassemblent des centaines, voire des milliers de personnes.
 
Dans cette optique, à titre d'exemple, l'Université de Sherbrooke a été l'instigatrice du Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ) inauguré lundi dernier et dont le siège social est situé dans l'Est de l'Île de Montréal. Les partenaires fondateurs sont les sept institutions universitaires actives en aérospatiale et sept des principales entreprises dans le domaine, avec le soutien du gouvernement du Québec.
 
Pour faire face aux défis des problématiques et au nouveau monde du XXIe siècle, les universités de « troisième génération » devront faire de plus en plus de partenariats locaux, régionaux, souvent nationaux et maintenant aussi internationaux. Dans son dernier rapport annuel, le Conseil supérieur de l'éducation souhaite un meilleur esprit de collaboration entre les établissements en ce qui a trait à l'enseignement, à l'instar de ce qui se fait actuellement en recherche pour être en mesure de mieux faire face ensemble à la concurrence mondiale. Pour le Conseil, ce changement de culture devra aller en s'accélérant.
 
L'Université de Sherbrooke est déjà engagée de manière significative dans chacune de ces dimensions du partenariat. Sous son leadership, les deux premiers pôles universitaires au pays ont été créés à Sherbrooke et en Montérégie.
 
Le Pôle universitaire de Sherbrooke, quant à lui, a ouvert la voie à une nouvelle coopération stratégique entre les neuf institutions à caractère universitaire de la Ville de Sherbrooke. À Longueuil, le Pôle universitaire de la Montérégie est devenu le berceau d'une collaboration exemplaire avec d'autres institutions et Valotech, le regroupement des centres de recherche et des entreprises de haute technologie de la Montérégie.
 
Fort de ces réalisations, je souscris à l'invitation faite à cette même tribune en mai dernier par mon collègue Roch Denis, recteur de l'UQÀM, visant à faire naître un partenariat formel entre toutes les universités du Montréal métropolitain. Vous pouvez être assurés que l'Université de Sherbrooke contribuera à ce projet avec originalité et complémentarité pour assurer les meilleurs services universitaires possibles à la métropole.
 
La liberté académique
Que les projets soient réalisés avec les entreprises, les organismes gouvernementaux, parapublics ou communautaires, ou encore les milieux artistique et littéraire, ils demeurent subordonnés à la mission universitaire qui consiste en la formation supérieure, en l'avancement et en la diffusion des connaissances ainsi que dans la fonction critique.